NoForeignWarCrusade


Pour notre rencontre d’été le 6 juin dernier, notre Amie Claire avait choisi de faire réfléchir les enfants de l’assemblée à une question essentielle : comment vivre ensemble en paix ? Elle nous fait part des réflexions de Balthasar (6 ans) et Zacharias (3 ans) à ce sujet.


Pendant que les adultes se recueillent, les enfants – au nombre de deux ce jour-là – réfléchissent à cette grande question : comment vivre ensemble en paix ?

Pour cela, nous regardons les trois premières images du dessin créé en 1937 par le mouvement américain contre la guerre No Foreign War Crusade (ci-dessus). Nous marquons une pause, puis nous nous posons la question : quelles solutions pour ces deux ânes ? Balthasar suggère que le fermier coupe la corde. C’est vrai, mais il n’y a pas de fermier. Balthasar suggère ensuite que les ânes pourraient décider de tirer très fort pour casser la corde. Ca, c’est une bonne idée : se mettre d’accord sur la technique. Nous regardons la suite : ce n’est pas ce que les ânes ont eu comme solution, mais l’idée est là : se mettre d’accord.

Les deux frères prennent ensuite la pose pour reproduire les dessins. Puis nous réfléchissons : qu’est-ce qui aide à vivre ensemble ? Qu’est-ce qu’il vaut mieux éviter de faire ? Nous établissons deux listes : parler, faire attention aux autre gens (frère, copain, copine, clown (sic), animaux), faire attention à soi, tout cela aide à bien vivre ensemble ; en revanche, il faut éviter de crier, se taper, se pousser, se mordre, se manger et ne penser qu’à soi.

Une mise en pratique immédiate

Puis, comme Balthasar prend prend le paquet de gâteaux et commence à le déchiqueter, je dis « non ». Mais Balthasar n’écoute pas. Au bout d’un moment, je prends le paquet. Balthasar m’explique qu’il a très envie d’un gâteau. Je lui explique que j’ai envie que mon paquet puisse se fermer. J’ouvre donc le paquet de gâteau et en donne un au jeune garçon. Chacun de nous est satisfait. Nous décidons alors tous de rajouter qu’il faut s’écouter dans la liste des choses à faire.

Puis les deux frères décident de dessiner. Zacharias veut se mettre à une petite table. Balthasar veut une grande table. Ils se mettent d’accord pour se séparer. Mais comment faire avec les feutres, il n’y a qu’une trousse ? Ils se mettent d’accord pour rester ensemble, à la petite table. Bravo Balthasar et Zacharias, vous avez fait preuve d’une belle écoute, d’une communication entre vous tranquille ! Vous mettez déjà en application ce qu’on vient de voir ! Vivre ensemble en paix est une sacrée leçon qui n’est jamais tout à fait acquise. C’est un bon début !


Claire Berthaut-Gérentès est sympathisante de l’Assemblée de Nantes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s