FriendsHouseLondon


Michael représentait cette année les quakers de France à l’assemblée annuelle britannique — la plus grande d’Europe —, qui avait lieu des 4 au 7 mai derniers à Londres. Il nous a rapporté ces quelques lignes et images sur son expérience.


L’assemblée annuelle des quakers britanniques a eu lieu à Londres du 4 au 7 mai. J’y ai représenté l’Assemblée de France. L’étonnement et l’admiration étaient au rendez-vous. L’étonnement d’être pour de bon à la Friends House, cet énorme centre d’accueil en plein Londres. L’étonnement de me retrouver avec 1000 personnes dans un silence attentif et partagé. L’admiration devant la pratique de la méthode quaker pour réfléchir ensemble, et l’admiration face à des individus guidés par les témoignages quakers et très engagés dans les actions pour la paix, pour la planète, ou pour la justice sociale. Derrière des abords calmes, on sent des personnages formidables ! Au moment où j’ai dû me présenter en tant que représentant étranger aux 1000 personnes assemblées, j’ai dit que j’avais un nom de famille irlandais, un accent américain et la nationalité française. C’est certainement un bon exemple de la diversité de l’Assemblée de France.

La question posée aux Amis britanniques était de savoir s’il était temps de réécrire le livre de discipline, Quaker Faith & Practice, dont la dernière édition date de 1994. Opposés au dogme, les Amis revisitent à peu près à chaque génération ce livre de discipline. Beaucoup d’Amis britanniques souhaitaient que Faith & Practice soit plus adapté à certaines réalités de la société actuelle : par exemple, le changement climatique, les questions de genre et d’identité sexuelle, les nouveaux modèles familiaux, ou même la grande diversité de conceptions du Divin parmi les Amis. D’autres voulaient que ce livre parle mieux à une nouvelle génération de sympathisants qui ne connaissent pas bien la culture quakers. Le langage archaïque pose question, même si certains trouvent que son ambiguïté invite à une appropriation personnelle des écrits. D’autres Amis étaient très attachés à l’édition actuelle, ou inquiets de l’énergie et des ressources à consacrer à la tâche. Finalement, tous ont répondu « oui » au changement.


Michael O’Connor est membre du groupe quaker de Nantes